Misère (Tradescantia Zebrina)

Très résistante, facile d’entretien et donnant d’excellents résultats, la Misère – Tradescantia zebrina (ou pendula) est la plante idéale pour débutant. C’est une plante aux longues tiges rampantes ou retombantes, aux feuilles vert pâle rayé de blanc. Elle est très jolie en cascade. Cette vivace herbacée aux tiges grêles et au port retombant de la famille des Commélinacées a besoin de 10°C minimum pour survivre – ce qui explique qu’en France, elle soit cultivée en plante d’intérieur.

3 Types De Plantes Misères
© istock

Fiche descriptive :

Nom Scientifique Tradescantia zebrina
Famille Commelinaceae
Autre nom Misère, Tradescantia pendula, Ephémère
Ethymologie Ce fut Linné lui-même qui donna ce nom à ce genre en l'honneur des jardiniers et naturalistes anglais John (le père) et John (le fils) Tradescant, mais des noms vulgaires existent dans toutes les langues. John Tradescant (le père), né dans la seconde moitié du XVIe siècle, fut jardinier de Charles Ier d'Angleterre et voyagea beaucoup, introduisant ainsi de nombreuses nouvelles plantes ; son fils John poursuivit son œuvre et, pratiquement, tous deux rapportèrent d'Amérique toutes les plantes introduites en Europe, au moins pendant une trentaine d'années, au XVIIe siècle.
Origine Amérique du Sud, Amérique Centrale, Brésil, Pérou, Mexique
Couleur(s) des fleurs BlanchesBeigeVertes foncéesRoses clairesRosesPourpres
Type de plante Plante grimpante à fleurs, Plante d'intérieur
Végétation Vivace
Feuillage en hiver Persistant
Floraison
Jan.
Fév.
Mar.
Avr.
Mai
Juin
Juil.
Août
Sept.
Oct.
Nov.
Déc.

Fiche culture :

Plantation
Jan.
Fév.
Mar.
Avr.
Mai
Juin
Juil.
Août
Sept.
Oct.
Nov.
Déc.
Exposition Mi-ombre
Sol Humifère, Bonne terre, Tourbe
Humidité Faible
Utilisation Pot, Panier suspendu
Multiplication Bouture
Maladie et nuisibles Peu sujette aux maladies, Pucerons verts, Pourriture grise si l'arrosage est excessif

Description

Les espèces de Tradescantia sont nombreuses ; environ 60. Mais la plupart d’entre elles, provenant d’Amérique du Sud, sont des plantes de jardin. Parmi les non-rustiques, quelques espèces ressemblent beaucoup à d’autres genres comme le Zebrina ; elles ont un port rampant, des tiges prostrées ou semi-érigées, des nœuds émettant des racines, des feuilles lancéolées-acuminées, engainantes ; elles se ramifient facilement et portent des inflorescences à bractées avec des petites fleurs éphémères et sans intérêt. Tradescantia albiflora et Tradescantia fluminensis se ressemblent à tel point qu’on a du mal à les distinguer. Dans les formes typiques elles ne sont presque jamais cultivées ou restent semi-rustiques, mais il en existe des variétés panachées, dont Tradescantia albiflora albo-vittata encore améliorée par le cultivar « Quick Silver », qui sont très décoratives. Tradescantia blossfeldiana a de grosses tiges et des feuilles charnues elliptiques, vert olive avec le revers violacé au duvet blanc ; elle est très florifère. Tradescantia navicularis est une petite espèce succulente, aux feuilles épaisses insérées sur deux rangs parallèles couvrant entièrement les tiges tordues. Tradescantia sillamontana est semi-érigée, aux feuilles ovales complètement couvertes de duvet blanc, et porte des fleurs assez grandes couleur lilas.

Les conseils Minutes Maison

Conseils :

  • Placez les misères en hauteur ou en suspension, pour mettre en valeur le port retombant de leur feuillage. Les tiges sont très cassantes.
  • Choisir une plante touffue et au feuillage bien panaché exempt de feuilles malades ou pourries. Eliminer toute plante revenant au vert.
  • Pincez les pousses pour retarder le moment où la plante se dégarnit. Un feuillage qui présente des taches marrons est le signe d’une plante qui est trop arrosée ou qui n’a pas été rempotée depuis trop longtemps.
  • Les soins sont simples. Fournissez en été de la lumière, de l’eau, une chaleur modérée et humide.
  • En hiver, les tradescantias ont besoin de moins d’eau et ils supportent une température de 4 oc. Il leur faut un compost standard, de l’engrais en été. Remplacez votre plante tous les trois ou quatre ans.

Remarques :

  • Plante idéale pour les débutants qui désirent s’initier à la multiplication.
  • La facilité de culture et de multiplication des Tradescantia leur valurent les noms de « misère », miseria, wandering jew, spiderwort, etc.
  • Quelques boutures dans un même pot peuvent, en une seule saison, former une grosse boule exubérante de feuillage vert et blanc.
  • Les misères s’accordent bien avec toutes les plantes, même avec les cactus.

Fiche de culture de la Misère

La Tradescantia ou misère dans un pot de fleur
© istock

Dimensions

Plante normalement cultivée en pot de 8 cm où elle produit des pousses de 30 cm de long, mais aussi dans des récipients suspendus.

Croissance

Grandit facilement de 25 à 30 cm en une saison.

Floraison

En été, de petites fleurs blanches petites corolles à trois pétales, groupées souvent par paires, apparaissent et meurent dans la même journée. Cependant, c'est généralement signe que la plante doit être rempotée ou remplacée par des boutures.

Feuilles

Alternes, charnues, de 5 à 10 cm de long, lancéolées, engainant la tige, elles sont souvent striées de bandes blanches, argentées, crème, roses ou vert pâle.

Misere Tradescantia zebrina ou spiderwort au feuilles violettes vertes et rayées
© istock

Lumière

Supporte des coins assez sombres, mais la plante a alors tendance à pousser en hauteur et ses panachures s'atténueront.

Les pièces peu éclairées sont tolérées. Les variétés à feuillage panaché demandent une forte lumière indirecte.

À noter : T. navicularis supporte le soleil direct.

Température

En hiver, un minimum de 10°, pas moins de 13° pour Zebrina pendula. En été, la garder à la température ambiante ou la mettre dehors.

Arrosage

Plante qui aime assez l'humidité, mais supporte un oubli. Deux à trois arrosages par semaine en été, un en hiver (saison de repos où toutes dépériront plus ou moins).

Engrais

En été, une fois par mois pendant la belle saison, apportez un engrais liquide pour plantes à feuillage après l'arrosage.

Humidité

On peut placer le pot sur des cailloux mouillés, mais ce n'est pas indispensable. Elles n'ont pas d'exigences particulières dans ce domaine, étant donné qu'il s'agit de plantes assez grasses. L'atmosphère des appartements convient bien aux misères.

Nettoyage

Vaporisation occasionnelle à l'eau tiède, pour la dépoussiérer. Pas de lustrant.

Atmosphère

Plante très tolérante.

Terre

Terreau frais. Allégez un terreau de rempotage classique, avec 15 % de sable de rivière.

Aucune espèce ne demande un terreau particulier ; les cultivars de T. albiflora et T. fluminensis prospèrent dans un mélange plus léger et humifère que les autres, avec un peu de tourbe et de terreau de feuilles bien décomposé. T. blossfeldiana et T. sillamontana se contentent d'une bonne terre de jardin ; T. navicularis a besoin de beaucoup de sable et d'une période de sécheresse en hiver, car elle est plus grasse que les autres.

Empotage et rempotage

4 à 5 boutures pourvues de racines par pot de 8 cm ; sauf si l'on veut obtenir une plante hors du commun, il est inutile de rempoter. Assurer la relève par de jeunes boutures dès que la plante pousse en hauteur. Les tiges des sujets âgés ont tendance à se dénuder à leur base.

Le rempotage s’effectue tous les 2 ans, dans un pot de dimensions légèrement supérieures.

Taille

Si la plante pousse trop en hauteur, la rabattre jusqu'à 2 ou 3 cm au- dessus du pot ; de nouvelles pousses apparaîtront, qu'on utilisera comme boutures.

Multiplication

Très facile par boutures dans l'eau à tout moment de l'année. Tous les printemps se débarrasser des vieilles plantes. Prélever des boutures de tiges de 8 cm ; les planter dans un mélange de sable et de terreau de rempotage à la température ambiante (sur un terreau assez sec pour éviter le pourrissement). Les boutures s'enracinent aussi facilement dans l'eau. Dès qu'elles ont des racines, les empoter à raison de 4 à 5 par pot.

Il est conseillé de renouveler périodiquement les plantes pour obtenir des sujets toujours jeunes et touffus, plutôt que tenter des rempotages de vieux sujets fatigués. T. sillamontana peut être taillé au ras du sol, tous les printemps, et il croîtra de nouveau beaucoup plus vigoureusement à partir de ses grosses racines.

Longévité

Une ou deux années au plus, après quoi mieux vaut les remplacer. Après 3 ou 4 ans, la misère se dégarnit complètement de la base. Bouturez-la souvent.

Espèces, variétés et feuillage des Tradescantias

Plantes d’intérieur Tradescantia Zebrina en plein soleil
© istock

Tradescantia fluminensis a donné de nombreux cultivars dont : « Albovittata », aux feuilles vert clair rayées de blanc. « Aurea », à bandes jaunes. « Rochford Silver », panaché de blanc. « Tricolor », blanc et violet clair. « Variegata », rayé de coloris variés. Tradescantia « blossfeldiana » (ou cerinthoides) est très vigoureux, avec des rayures pourpres.

« Variegata », strié de plus clair. Tradescantia sillamontana au port dressé avec les tiges et les feuilles couvertes d'un duvet laineux blanc est plus délicat. Zebrina pendula, désormais appelé Tradescantia zebrina, diffère de par le coloris de ses feuilles d'un vert plus profond, décorées de bandes argentées plus marquées.

La variété la plus apte à fournir cet effet de grosse boule exubérante de feuillage vert et blanc est la Tradescantia albiflora « Albovittata » aux larges feuilles et aux tiges épaisses et charnues.

Autre espèce, Tradescantia fluminensis est moins résistante. Ses tiges sont plus grêles et ses feuilles plus fines, vert rayé de blanc, ont tendance à rougir quand on prive un peu la plante d'eau. Un récent cultivar a des feuilles rayées de jaune.

Autre espèce encore, Tradescantia Blossfeldiana, est plus érigée et couverte de poils. Ses feuilles sont vert foncé sur le dessus, pourpre dessous. En juin, elle se couvre de grandes fleurs roses et blanches.

Histoire des tradescantias

Tous les tradescantias sont originaires d’Amérique du Sud. Ils ont été introduits en Europe au XVIIe siècle et leur nom dérive de celui de John Tradescant, chasseur de plantes et jardinier du roi Charles 1er d’Angleterre.

Tradescantia 190330
© istock

La variété la plus courante, cultivée à la maison, Tradescantia fluminense présente sous divers aspects, rayée de jaune, sis « Variegata », d'argent ou de gris sur un fond vert. Les feuilles de certaines variétés sont délicatement teintées d'un rose du plus heureux effet. Il arrive que les feuilles verdissent. Il faut alors les éliminer immédiatement, sinon la plante redeviendra toute verte.

Blossfeldiana est une plus petite espèce, aux feuilles mauves et velues. Elle est plus délicate et sa croissance plus lente. Les amateurs de plantes au feuillage argenté apprécieront une espèce velue, T. sillamontana, aux tiges bien droites et duveteuses et aux fleurs rouges éclosant tout l'été.

Zebrina pendula est très proche, sur le plan botanique, de Tradescantia. Comme cette dernière, elle fleurit, mais ses fleurs sont petites et plutôt insignifiantes. Elle préfère une température légèrement plus élevée.

A lire sur Minutes Maison :

Aucun commentaire à Misère (Tradescantia Zebrina)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires