Humus : définition, rôle et importance

En jardinage, il est fréquent d’entendre parler d’humus ou encore, de sol humifère. Considéré comme de l’or noir, il a une très bonne réputation. Et pour cause, ses bienfaits pour le sol sont nombreux. Le sol est complexe et se constitue d’éléments différents qui se complètent et interagissent. On y trouve des matières minérales, des organismes vivants, mais aussi de l’humus. Pour pouvoir, vous aussi, bénéficier de ce dernier élément qui a pour vocation de rendre les sols fertiles, nous vous invitons à le découvrir plus largement dans cet article.

Humus Jardin
© istock

Humus : la définition

L’humus correspond à la couche supérieure du sol. Concrètement, il est de couleur noire, sa texture est grumeleuse et il est humide lorsqu’on le touche. Il résulte de l’humification qui est le processus de transformation de la matière organique fraîche en matière organique stabilisée. Autrement dit, il s’agit des matières organiques décomposées. Dans un composteur, l’humus se trouve au fond du bac et a une couleur sombre. Il sent le sous-bois. Le sol humifère est favorable au bon développement des plantes et des légumes et il est riche en éléments naturels nutritifs qui permettent ainsi de nourrir les plantes. Hélas, l’érosion de sols, mais aussi les fertilisants chimiques sont à l’origine de l'appauvrissement de l’humus.

Composition du sol : où se situe l’humus ?

Le sol se compose de différents éléments. Ils sont au nombre de 4 :

  • l’humus ;
  • le sable ;
  • l’argile ;
  • le calcaire.

En fonction des sols, on se trouve face à des quantités plus ou moins importantes de tel ou tel élément. C’est la raison pour laquelle on parle de sol humifère lorsque c’est l’humus qui prédomine, de sol sableux lorsque c’est le sable, de même pour les sols argileux ou calcaire. Un travail du sol trop en profondeur peut entraîner la perturbation de la structure du sol.

En l’absence d’un travail de ce type, les différentes strates, qui ont chacune leur propre composition, texture, mais également couleur, sont préservées. L’humus, quant à lui, se trouve à la surface du sol. Par exemple, si vous allez en forêt, de préférence en automne afin que l’expérience soit encore plus concluante, retirez les feuilles mortes et grattez la terre sur quelques centimètres : vous trouverez alors l’humus.

Plus on descend profond dans les strates qui composent le sol, moins on trouve de matières organiques jusqu'à disparaître pour laisser toute la place aux éléments minéraux. Il est donc primordial de conserver l’équilibre et la structure de la terre si l’on souhaite conserver sa fertilité.

Comment est élaboré l’humus ?

Nous l’avons rapidement évoqué, l'humus naît de la dégradation des matières organiques. Elles vont être décomposées grâce à l’action des bactéries, des champignons, mais aussi de la microfaune du sol. L’humus ne peut pas se constituer sans cette microfaune et cette dernière ne peut pas se nourrir sans matières organiques. Ainsi, l’humus et la vie dans le sol sont étroitement liés. Pour obtenir de l’humus, il faut donc que plusieurs conditions à la réalisation de l’humification soient satisfaites.

Humus Engrais
© istock

Quels sont les rôles de l’humus ?

L’humus joue des rôles tellement nombreux et importants que son absence peut s’avérer catastrophique. En effet, lorsque, sous l’effet de cultures qui épuisent le sol, il vient à disparaître, le sol meurt et pour réussir à faire pousser quoi que ce soit, des engrais chimiques ont tendance à être utilisés. On entre ainsi dans un cercle vicieux néfaste pour notre planète.

Pour parer à cela, il est préférable de s’efforcer de rendre le sol plus humifère afin qu’il puisse nourrir les plantes en leur offrant les nutriments nécessaires, à l’image d’un garde-manger qui distribuerait progressivement la nourriture. De plus, l’activité de toute la microfaune qu’il abrite permet d’oxygéner la terre. Elle est alors plus facile à travailler, mais favorise aussi le drainage de l’eau. Le sol est donc plus aéré et stocke mieux l’eau. C’est pour toutes ces raisons que l’humus permet de rendre le sol plus fertile.

Les différentes sources d’humus

Il existe donc différentes sources d’humus que nous vous proposons de découvrir.

  • L’humus étant un amalgame de matières organiques décomposées, il est tout à fait normal de pouvoir en obtenir grâce au compostage. Il faut cependant bien attendre qu’il soit prêt. Il ressemble alors à un terreau foncé qui a une odeur de sous-bois. Il est friable, léger et sans morceaux.
  • L’utilisation d’un paillage permet de le protéger. En effet, la nature ayant horreur du vide, il est primordial de ne pas laisser la terre nue. Ce peut être en ayant recours à une couche de paille, de feuilles mortes, etc. répartie sur le sol. Comme dans la forêt, ce paillage va protéger la microfaune et, au fil de sa décomposition, apporter de la nourriture à celle-ci. On entre alors dans un véritable cercle vertueux, cette fois-ci.
  • Une autre solution consiste à utiliser des engrais verts, c’est-à-dire des végétaux cultivés dans le but d’accroître la fertilité du sol et d’en préserver la structure. Ils ont une croissance rapide, ce qui évite que le sol soit laissé nu entre les cultures successives. Ces plantes doivent ensuite être coupées et laissées directement sur le sol ou enfouies dans celui-ci. Elles vont alors se décomposer et, ce faisant, enrichir le sol. À terme, elles vont se transformer en humus. Pour en profiter pleinement, on peut se tourner vers des plantes de la famille des légumineuses comme les trèfles, la luzerne, les fèves, etc. ou de la moutarde et de la phacélie.

Sol pauvre en humus : comment y remédier ?

Pour profiter d’un sol plus humifère, vous devez, avant tout, n’avoir recours à aucun produit chimique tel que les pesticides. Ceux-ci sont particulièrement néfastes pour les micro-organismes présents dans le sol. Il existe suffisamment de méthodes naturelles pour trouver d’autres solutions qui seront moins dommageables pour votre terre, mais aussi pour vous. Veillez également à apporter de façon régulière des sources d’humus, comme nous l’avons expliqué précédemment. Vous pouvez donc utiliser des paillages, faire des apports de compost, de fumier, mais aussi faire pousser des engrais verts qui seront eux aussi laissés au sol ensuite. Enfin, pour éviter de perturber l’équilibre de la terre, pensez bien à ne pas travailler le sol en profondeur, même si vos parents ou grands-parents procédaient ainsi.

A lire sur Minutes Maison :

Aucun commentaire à Humus : définition, rôle et importance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires