Palmier de Madagascar (Pachypodium lameiri)

Cet arbre épineux de la famille des Apocynacées forme des buissons très épineux et vivement colorés.  Arbustives ou arborescentes dans la nature, certaines espèces de ce genre sont cultivées en jeunes sujets, comme s’il s’agissait de plantes « succulentes ».

La tige est armée de longues et dures épines. Les feuilles, qui tombent petit à petit à partir de la base, forment une touffe apicale disposée en rosette et le port général de la plante lui a valu le nom de « palmier de Madagascar », bien qu’elle n’ait rien de commun avec les palmiers. Ils sont cultivés dans les régions chaudes comme plantes d’extérieur – et comme plantes d’intérieur dans nos latitudes.

Pachypodium lamerei
© istock

Fiche descriptive :

Nom Scientifique Pachypodium lameiri
Famille Apocynacées
Autre nom Pachypode, Palmier de Madagascar, Cactus Palmier
Ethymologie Le nom du genre vient du grec pachys, « épais », et podos, « pied », allusion à la base de la tige qui est grosse et trapue.
Origine Madagascar, Afrique du Sud, Namibie
Couleur(s) des fleurs BlanchesJaunesRougesViolettes
Aspect des fleurs Diurnes, estivales, blanches, roses, jaunes ou rouges, les fleurs en entonnoir de 2 à 6 cm de diamètre, forment des bouquets à l’extrémité des tiges des plantes âgées de plus de 10 ans.
Aspect des feuilles En panache, oblongues, coriaces et lisses sur la face supérieure, les feuilles persistent si la plante n’est pas soumise à un repos végétatif au frais et au sec.
Type de plante Succulente, Plante d'intérieur, Plante à caudex, Pachycaule
Végétation Vivace
Feuillage en hiver Semi persistant à caduc
Floraison
Jan.
Fév.
Mar.
Avr.
Mai
Juin
Juil.
Août
Sept.
Oct.
Nov.
Déc.
Les variétés Pachypodium lamerei, Pachypodium geayi, Pachypodium decaryi, Pachypodium saundersii, Pachypodium rosulatum, Pachypodium brevicaule

Fiche culture :

Plantation
Jan.
Fév.
Mar.
Avr.
Mai
Juin
Juil.
Août
Sept.
Oct.
Nov.
Déc.
Exposition Soleil, Mi-ombre, plein soleil, même très intense.
Sol Humifère, Drainé, Riche en humus, Sableux, Caillouteux, Bruyère, Poreux, Calcaire
Humidité Modérée
Utilisation Pot, Bac, Véranda, Terrasse ou Balcon
Multiplication Semi, Bouture, Greffe
Maladie et nuisibles Pucerons, Pourriture

Description

Dans cette espèce, les épines, qui sont en réalité des stipules, sont disposées par groupes de trois, et chaque feuille pousse à la base de cet ensemble ; le limbe est vert brillant, la nervure centrale pâle et l’appartenance à la famille est rappelée par la ressemblance entre ces feuilles et celles du laurier. Les fleurs infundibuliformes à cinq pétales devraient apparaître au sommet mais la plante en pot peut difficilement devenir adulte et fleurir.

Les conseils Minutes Maison

  • Un grand sujet est plus facile à conserver qu’une jeune plante.
  • Il est normal qu’une grande partie, voire la totalité des feuilles tombent à l’entrée de l’hiver.
  • Les Pachypodium se montrent très sensibles à la pourriture.
  • Toutes les parties du Pachypodium contiennent une sève toxique. Les feuilles peuvent peuvent donc présenter une menace pour vos animaux de compagnie. Ainsi, à moins qu’elles ne soient placées en hauteur et à l’écart, il convient d’y réfléchir soigneusement avant d’acheter.
  • Dans leur habitat naturel, le tronc peut se ramifier et donner naissance à plusieurs tiges, mais cela a beaucoup moins de chance de se produire à l’intérieur.
  • Si les feuilles jaunissent, utilisez un engrais liquide pour plantes grasses.

Quelle luminosité pour mon Pachypodium lameiri ?

C'est une plante d'intérieur qui aime le soleil, donc choisissez toujours l'endroit le plus ensoleillé de la maison. Ces plantes produisent presque toutes leurs nouvelles pousses pendant l'été. Du fait, amenez votre plante à l'intérieur dans un endroit légèrement moins éclairé à la fin de l'automne, en hiver et au début du printemps, avant de la déplacer à l'extérieur dans un endroit ensoleillé.

Pachypodium lamerei en floraison
© istock

Arrosage du palmier de Madagascar

Un mythe assez répandu sur les succulentes dit qu'elles n'auraient pas besoin de beaucoup d'eau. S'il est vrai qu'elles survivent bien plus longtemps que d'autres types de plantes d'intérieur qui ont des besoins d'arrosage plus élevés, il est aussi vrai que même les succulentes les plus résistantes ne se développeront pas si vous ne les arrosez pas correctement.

Pour obtenir un Pachypodium florissant, arrosez le vôtre toutes les 2 ou 3 semaines environ entre mai et octobre lorsque le sol s'assèche. En hiver, vous devez réduire la quantité d'eau pour éviter que les racines ne pourrissent dans des conditions plus fraîches, et n'arrosez que très modérément : une fois par mois tout au plus.

Attention : Un arrosage excessif peut entraîner la pourriture des racines.
Bon à savoir : Pachypodium n'a pas besoin d'une humidité atmosphérique particulière pour être en forme.

Température idéale

Des températures chaudes sont nécessaires pour cette plante. Pas moins de 10 °C en hiver.

Rempotage

En avril idéalement, tous les 3 ou 4 ans. Il faut beaucoup de temps pour qu'ils grandissent, mais vous pouvez choisir de rempoter votre Pachypodium s'il commence à vaciller ou à basculer parce qu'il est trop lourd. Privilégiez un sol très poreux, humifère, composé de terreau très décomposé et d'un quart de sable grossier.

Pachypodium
© istock
Attention : Faites attention en rempotant car les épines peuvent être douloureuses si vous saisissez la tige de la mauvaise manière.
Bon à savoir : Ces plantes peuvent devenir très grandes et il se peut donc que le rempotage ne soit pas possible. Dans ce cas, il faut les  rempoter en enlevant le premier centimètre de terre et en le remplaçant par de la terre fraîche.

Multiplication du Pachypodium

Si l'on peut obtenir des semis frais, ils devront être mis à germer dans du sable au printemps à une température supérieure à 20 °c (idéalement entre 22 et 24 °C), en les enfonçant le moins possible.

Aussi, le bouturage de rameaux prélevés au début de l'été, dans du sable en mini-serre. Mais la multiplication par bouturage est - hélas - rarement une réussite.

La multiplication est très difficile à réaliser ! 

Bon à savoir : Le greffage est réservé aux cultivars délicats et sensibles tel que le Pachypodium namaquanum

Vitesse de croissance

Pachypodium une plante à croissance lente. Cependant, s'il est bien arrosé et qu'il bénéficie d'un bon apport de lumière, vous remarquerez une croissance plus importante en été. Le reste de l'année, la croissance est faible.

Espèces et variétés

Pachypodium rosulatum
Pachypodium rosulatum © istock

Il existe 13 espèces de Pachypodium, parmi lesquelles :

  • Pachypodium lamerei, aux fleurs blanches à cœur jaune, parfumées.
  • Pachypodium rosulatum, au port arborescent, avec la base du tronc renflé, fleurs jaune canari, en février, avant l'apparition des feuilles.
  • Pachypodium brevicaule, dont la souche ressemble à une grosse pomme de terre grisâtre, fleurs jaunes. Une plante rare dans la nature.

Comment profiter au mieux de son Pachypodium ?

Le palmier de Madagascar est un excellent complément à d'autres plantes d'extérieur en pot, comme l'Adenium Obesum (rose du désert).

Le palmier de Madagascar Pachypodium est également très beau lorsqu'il est placé autour d'autres cactus poussant en plein soleil. Les fleurs du palmier de Madagascar finiront par dominer les plus petites plantes et par devenir le point central de l'exposition : effet garanti !

A lire sur Minutes Maison :

2 commentaires à Palmier de Madagascar (Pachypodium lameiri)

  • Quel prix ?

    • Bonjour,
      Comptez 30/40€ pour les plus jeunes plants et jusqu’à 250/300€ pour les sujets de plus d’un mètre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires