Jardinage : comment préparer votre potager pour l’hiver ?

Dès le mois de novembre qui est une période plutôt creuse pour le jardinage, mettre les mains dans la terre vous manque… Pourtant, c’est la période idéale pour prendre soin de votre sol et le préparer à affronter les rigueurs de l’hiver. Et ce n’est pas parce que le froid est installé que vous devez mettre de côté votre potager… Vous allez le voir, le travail ne manque pas en hiver, pour un potager en pleine forme dès le printemps !

Minutes Maison Publié le 25/10/20 à 09:14
Jardin Hivernal
© istock

La récolte des derniers légumes

Dans toutes les parcelles où les cultures ont empêché le semis vert, mettez-vous au travail. Les dernières récoltes vous attendent. Coupez les plants à leur base, et laissez les racines dans la terre. En se décomposant, elles vont ajouter de l’azote dans le sol et les Fabacées et les légumineuses apprécieront. Les haricots par exemple seront plus beaux.

Certaines espèces très résistantes, qui se développent en automne donnent encore des légumes. C’est le cas des carottes, des salades d’hiver, des betteraves, des cucurbitacées, de l’oseille… Récoltez-les avant le gel ! Les choux, les légumes à bulbe ou les salades peuvent rester en terre si vous les protégez, sous un tunnel en plastique ou sous une serre.

Le grand nettoyage d’automne

Nettoyage Avant L’hiver
© istock

Si traditionnellement le nettoyage de l’intérieur se fait au printemps, celui d’extérieur est plutôt réalisé à l’automne. Retirez toutes les feuilles mortes qui envahissent le potager, mais également le jardin. Coupez les végétaux qui sont victimes des premières gelées ou qui sont morts. Désherbez la terre et nettoyez vos carrés potagers. Mettez tous ces déchets organiques au compost ou en tas dans un petit coin du jardin. Vous les utiliserez pour nourrir la terre durant l’hiver. Elle sera parfaite par la suite pour accueillir vos semis de la fin d’hiver et du printemps. N’oubliez pas de vidanger et de mettre hors gel vos arrivées d’eau.

Décompactez le sol avant l’arrivée des grands froids

Si vous avez une terre argileuse et lourde, décompactez-la durant l’automne, avant de pailler votre sol, ce qui permet de conserver une terre souple ensuite. En cette période, c’est plus simple, car vous ne risquez pas de la déstructurer comme ça pourrait être le cas en mars ou avril.  Une fois la terre parfaitement propre, armez-vous d’une grelinette ou d’une fourche bêche et aérez votre sol. Inutile de travailler en profondeur, une vingtaine de centimètres est suffisante.

Nourrir la terre

Nourrir La Terre
© istock

Vous allez maintenant apporter de la matière organique avec notamment le compost déjà bien mûr. Étalez-le en couche assez épaisse sur le sol pour fertiliser la terre en la nourrissant. Vous favorisez ainsi le développement des auxiliaires et des micro-organismes indispensables. Durant tout l’hiver, entretenez votre compost avec vos déchets alimentaires en plus des déchets verts que vous avez déjà récupérés.

Cette opération est réalisée même si vous avez pris l’habitude de pratiquer la rotation des cultures qui préserve la qualité du sol. Par la suite, vous pouvez compléter cet apport au printemps pour les cultures les plus gourmandes comme les courges. Pensez au fumier déshydraté en granulés ou au fumier bien décomposé si vous n’avez pas assez de compost mûr.

Le compost mûr ou demi-mûr est simplement déposé sur la terre et griffé rapidement. Vous ne le mettez pas en profondeur. Il nourrit en fait les êtres vivants qui vivent dans votre sol. Ils savent parfaitement dénicher la matière organique. Vous leur sous-traitez le travail du sol et vous boostez sa fertilité… et tout ça, naturellement !

Paillez votre sol

Une fois que les autres étapes sont terminées, il faut passer au paillage du sol. Généralement cette entreprise s’étale sur quelques semaines, jusqu’à mi-décembre. L’objectif est double : créer un climat bénéfique pour le travail des êtres vivants et protéger la terre du lessivage, du gel, des pluies et des adventices. Elle conserve ainsi tous ses minéraux.

Paille, dernière tonte de la pelouse, feuilles mortes, résidus de cultures potagères (sans maladies bien sûr !), sciure de bois… Tout ce que vous avez sous la main sera nécessaire au paillage. Si vous n’avez rien de tout ça, pensez au carton, l’esthétique ne sera pas là, mais cela sera mieux que rien.

A lire sur Minutes Maison :

Aucun commentaire à Jardinage : comment préparer votre potager pour l’hiver ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires