Pourquoi et comment jardiner sans tourbe ?

Au printemps, tous les jardiniers s’affairent à leurs tâches que ce soit dans leur jardin, mais aussi sur leur balcon ou leur terrasse. Mais pour favoriser la croissance de leurs végétaux, ils ont de plus en plus tendance à recourir à des supports de culture tels que la fibre de coco, la tourbe, etc., ce qui n’est pas sans un impact environnemental très important. Nous allons plus précisément nous intéresser à la tourbe, une ressource précieuse à préserver.

Zoé Beaugrand Publié le 25/06/24 à 09:11
Jardiner Sans Tourbe
© istock

Qu’est-ce que la tourbe ?

Il s’agit d’une matière organique fossile qui résulte d’une accumulation de matières organiques au sein d’un milieu acide, saturé en eau, pauvre en oxygène et pauvre en minéraux. Les tourbières constituent un environnement qui joue un rôle important dans le stockage du carbone et dans la biodiversité, car il accueille une faune et flore spécifiques, comme des plantes carnivores, des papillons, des amphibiens, etc..

Il faut savoir que la formation d’une tourbière est un procédé très lent qui s’étend sur une période comprise entre 1 000 et 7 000 ans au rythme d’environ 5 centimètres tous les 100 ans. Cette lenteur de leur renouvellement fait que les tourbières sont des ressources qui peuvent rapidement s’épuiser si l’on n’y prend pas garde.

Les types de tourbe

On trouve différents types de tourbe. Plus elle est de couleur sombre, plus elle est ancienne.

La tourbe blonde

Une tourbière est constituée de différentes couches parmi lesquelles la plus en surface est appelée la tourbe blonde. Cette tourbe est plutôt jeune puisqu’elle a entre 3 000 et 4 000 ans. Elle provient des sphaignes et est connue pour sa grande capacité à retenir l’eau, car ces sphaignes se gorgent d’eau. De ce fait, c’est la plus utilisée en jardinage.

La tourbe brune

La couche sous la tourbe blonde est la tourbe brune. Elle a environ 5 000 ans et provient, quant à elle, de végétaux ligneux tels que les arbres, les arbustes, mais aussi de carex, de joncs et d’éricacées. Si elle est moins fréquemment utilisée, on peut également la retrouver en jardinage.

La tourbe noire

La couche la plus profonde, appelée la tourbe noire, est la plus ancienne puisqu’elle peut avoir 12 000 ans. Elle est principalement utilisée pour le traitement des eaux usées.

La tourbe déshydratée

Dans le commerce, vous pouvez trouver des pastilles de tourbe déshydratée. Cette solution est souvent proposée pour les semis : il suffit de réhydrater pour faire gonfler. Vous pouvez également trouver des pots en tourbe compressée, qui sont donc biodégradables.

Pourquoi la tourbe est utilisée au jardin ?

Si la tourbe est utilisée en jardinage, c’est parce qu’elle est riche de différentes qualités et qu’elle est considérée par certains comme difficilement remplaçable. De ce fait, dans les terreaux commercialisés, on l’a retrouve quasiment systématiquement. Voici quelles sont ses qualités :

  1. C’est un substrat qui joue le rôle d’une éponge et permet d’éviter que la terre ne se dessèche trop rapidement. En effet, elle emmagasine l’eau et les éléments minéraux. Elle est un véritable atout pour la culture en pot où le substrat à tendance à rapidement s'assécher. Comme elle stocke l’eau, les arrosages peuvent être espacés et les plantes souffrent moins.
  2. La tourbe est légère et aérée ce qui permet d’éviter que le substrat ne se compacte trop. C’est donc un bon moyen pour obtenir un substrat qui permet de laisser respirer les racines.
  3. La tourbe ne se décompose pas et ne s’altère pas, c’est un substrat stable.
  4. On l’utilise couramment pour le rempotage des plantes d’intérieur et des plantes en pot, pour la culture de plantes carnivores, etc..

Pourquoi son utilisation est problématique ?

Si la tourbe présente de nombreux atouts, son utilisation sans cesse croissante soulève des problèmes essentiellement environnementaux, mais pas seulement.

Protection des espèces rares qu’abritent les tourbières

Nous l’avons vu, les tourbières sont des milieux particuliers dans lesquels prospèrent une faune et une flore spécifiques dont certaines espèces peuvent être rares et protégées. En détruisant les tourbières, nous les conduisons à leur perte puisqu’elles ne peuvent pas s’adapter à d’autres milieux.

Protection des atouts environnementaux des tourbières

Nous l’avons évoqué, les tourbières jouent un rôle très important dans la biodiversité, mais aussi dans la préservation de l’environnement :

  • En jouant un rôle d’éponge, elles agissent comme des châteaux d’eau en permettant non seulement de limiter les risques d’inondation, mais aussi, en favorisant une restitution de l’eau en cas de sécheresse. Dans certaines régions, elles ont un rôle crucial dans l’équilibre hydrologique.
  • En jouant un rôle dans le stockage du carbone, les tourbières contribuent à limiter le réchauffement climatique et créent des microclimats. À l’inverse, si elles sont exploitées et dégradées, elles émettent des gaz à effet de serre.
  • Elles ont également un rôle important à jouer dans la filtration d’eau. Une tourbière est à elle seule une véritable station d’épuration naturelle. Les eaux libérées dans l’environnement sont alors particulièrement pures.

Protection d’une ressource qui n’est pas renouvelable

Vous l’avez compris, il faut des millénaires pour créer une tourbière. De ce fait, à l’échelle humaine, ce n'est pas une ressource renouvelable. Quand une tourbière est épuisée, elle l’est définitivement pour nous, les humains.

Protection d’un atout historique

En plus des atouts environnementaux des tourbières, il est important de prendre en considération leur intérêt historique. La tourbe étant une matière qui ne se décompose pas, les reliquats des végétaux et des animaux restent intacts et sont de véritables archives archéologiques naturelles permettant de retracer l’histoire d’une région. Dans les tourbières, il a même été retrouvé des cadavres humains momifiés datant de plusieurs milliers d’années en parfait état de conservation.

Lutte contre un véritable désastre écologique

L’exploitation de ces tourbières est un véritable désastre écologique. En effet, pour prélever la tourbe et répondre à la demande grandissante, il faut drainer et assécher les tourbières dont le sol devient alors pauvre et sec, et qui ne jouent plus leurs rôles. Par le passé, les tourbières étant considérées comme inutiles, elles ont été grandement détruites.

Ainsi, en France, au cours des 50 années passées, c’est la moitié des tourbières qui ont disparu, mais, fort heureusement, elles sont désormais protégées. Cela n’empêche pas un simple déplacement du problème, car pour répondre à la demande des clients, ce sont les tourbières des autres pays qui sont exploitées. Il est donc préférable d’éviter son utilisation.

Comment préserver cette ressource ?

Bien heureusement, il existe des alternatives à la tourbe. En effet, d’autres matériaux offrent cette même capacité de rétention d’eau et de nutriments en créant un substrat léger et aéré :

  • Vous pouvez ainsi utiliser de la fibre de bois, des écorces de pin, de la vermiculite, etc.. Vous pourriez également vouloir vous tourner vers la fibre de coco, mais ce n’est pas une bonne idée du fait de son empreinte carbone.
  • Une alternative efficace et économique à la tourbe est l’utilisation du compost de feuilles. Vous pouvez en effet le préparer vous-même et son impact environnemental est nul.
  • Sinon, vous pouvez désormais trouver de plus en plus de terreaux sans tourbe. Avant d’acheter du terreau, soyez vigilant à sa composition et, dans une démarche environnementale, privilégiez celui qui ne contient pas de tourbe.
Zoe Beaugrand

Zoé, rédactrice passionnée par le jardinage et l'aménagement extérieur. À travers mes mots, je tente de transformer chaque coin de verdure en une histoire. Écrire, pour moi, c'est semer des graines d'inspiration.

A lire sur Minutes Maison :

Aucun commentaire à Pourquoi et comment jardiner sans tourbe ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires