Qu’est-ce qu’un plancher collaborant ?

Découvrez un style de plancher solide et moderne pour la rénovation de votre maison. Le plancher collaborant ou plancher mixte, d’abord réservé au milieu industriel, gagne du terrain chez les particuliers.

Sandrine Dauchez Publié le 04/07/24 à 16:03
Plancher Collaborant Acier Béton
© istock

Plancher collaborant : définition et types

Qu’est-ce qu’un plancher collaborant ?

On l’appelle également plancher mixte car le plancher collaborant se distingue d’un plancher ordinaire, du fait qu’il est constitué de deux matériaux distincts : le béton et l’acier.

Le plancher en métal s’utilise à tous les niveaux d’un bâtiment, du rez-de-chaussée aux étages. Comme la charpente métallique peut être une variante de la traditionnelle charpente en bois, le plancher collaborant et sa face visible en béton, offre un aspect solide et d’une grande modernité à un sol avec un support particulièrement résistant en acier. On trouve aussi des collaborations bois/béton.

Très utilisé dans le milieu industriel, le plancher mixte tend à gagner du terrain chez les particuliers, notamment dans le cadre d’une rénovation de logement.

Comment se présente réellement le plancher collaborant ?

Les deux parties du plancher mixte sont positionnées de la façon suivante :

  • on commence par poser le bac acier nervuré qui servira à délimiter le plancher et forme une armature métallique. Cette première partie est utilisée comme coffrage pour le béton. On la fixe sur les murs porteurs.
  • on vient ensuite couler la dalle béton afin de former le plancher sur le support en acier. Le sol est particulièrement résistant du fait que le béton adhère parfaitement au support acier, grâce aux nervures.

Quels sont les différents types de planchers collaborant ?

Plusieurs techniques existent dans la pose de plancher collaborant. On en trouve surtout trois principales :

Plancher mixte acier et béton

La solidité de l’acier et du béton sont complémentaires. Le principe est de relier la dalle béton aux poutres en acier servant de support. Pour ce faire, il faudra utiliser des goujons (connecteurs) placés sur la longueur des poutres. Le béton renforce la résistance des poutres et les deux matériaux restent bien soudés.

Plancher à bac acier

On utilise des tôles nervurées en acier galvanisé pour constituer un coffrage pour la dalle béton à couler. L’adhérence entre les nervures acier et le béton est parfaite. On peut faire porter l’ensemble du dispositif sur les murs porteurs ou encore sur un ensemble de poutres en bois ou en métal régulièrement espacées.

Plancher collaborant bois et béton

Ce type de plancher mixte repose sur des solives en bois sur lesquelles sont placés des connecteurs métalliques, fixés avec des espacements réguliers. Un platelage fait fonction de coffrage pour y couler la dalle de béton tandis que les connecteurs métalliques font la liaison entre les deux.

Quels sont les avantages et inconvénients d’un plancher collaborant

Les avantages

Ce type de plancher offre de nombreux atouts, à commencer par sa grande solidité qui le rend capable de résister à des charges très lourdes. Malgré tout, il est léger et moins épais qu’un plancher classique. Du coup, ils ne prend pas trop sur le volume d’une pièce et peut donc être choisi lorsqu’il y a une faible hauteur de plafond.

L’installation d’un plancher collaborant est rapide et la technique de pose plutôt simple, d’autant plus que l’on peut manipuler les bacs à la main.

C’est un plancher économique qui est compatible avec la mise en place d’un chauffage au sol. Compatible avec tous types de revêtements, il se découpe aussi facilement et peut être posé quelque soient la forme des pièces.

Avec un plancher collaborant, la mise en place d’un plancher de grande portée ne pose pas de problèmes et il n’est pas nécessaire de créer des appuis intermédiaires.

Pour la rénovation de bâtiments anciens, il sera également possible de se servir d’une plancher bois existant pour fabriquer un plancher mixte avec du béton. Cela est intéressant si l’on ne souhaite pas investir trop d’argent dans la dépose d’un ancien plancher.

Les inconvénients

Petit bémol : le plancher mixte n’est pas suffisamment isolant. Ce n’est pas le meilleur choix si l’on désire obtenir une isolation thermique et acoustique.

Pour pallier cet inconvénient majeur, il est toujours possible d’ajouter une couche d’isolant au niveau du plafond.

Ajoutons que l’acier et le béton ne sont pas des matériaux écologiques et que ceux qui construisent une maison écologique se tourneront vers d’autres matériaux.

Quelles sont les utilisations du plancher collaborant ?

Si on l’utilise très souvent dans les bâtiments industriels, notamment les constructions métalliques, on trouve également ce type de plancher dans les bâtiments publics et commerciaux.

Pour la maison individuelle, il s’adapte pour apparaître plus tendance en y ajoutant obligatoirement une couche d’isolant et un revêtement de sous-face.

C’est l’idéal en rénovation, surtout si l’on souhaite garder la maîtrise de son budget car le plancher mixte est très économique et peut s’adapter facilement à l’existant.

Ses qualités de légèreté en font un choix idéal pour faciliter les travaux d’installation et limiter les coûts de main d’œuvre.

Les étapes de pose d’un plancher collaborant

Pour installer un plancher collaborant, c’est assez simple.

On commencera généralement par installer des poutres, soit en bois, soit en métal. Ces poutres serviront de support lors de l’installation des bacs acier à l’étape suivante.

On place ensuite le plancher en bac acier et on vient le fixer sur les poutres en utilisant des vis foreuses. Comme il faut installer plusieurs panneaux de bacs aciers, on s’assure que chacun d’eux chevauche le précédent pour ne pas laisser d’espace où pourrait fuir ensuite le béton au moment du coulage.

L’étape suivante consiste à placer un coffrage périphérique et un treillis soudé.

Il ne reste plus qu’à couler le béton sur l’ensemble.

Utilisez une taloche pour que le béton soit bien posé sur l’ensemble du bac acier et soit uniforme sur toute la surface.

Le temps de séchage à observer est de 1 mois avant de pouvoir continuer les éventuels travaux de rénovation.

Quel est le prix pour faire poser un plancher collaborant ?

L’un des atouts majeurs du plancher collaborant, on l’a vu, est son faible coût par rapport à d’autres types de planchers.

Il est important de faire détailler le coût auprès d’un professionnel et de demander des devis pour bien évaluer les travaux en amont.

La fourchette moyenne est assez large (entre 60 euros/m² et jusqu’à 200 euros/m²) en fonction du choix des matériaux et de la technique qui en découle.

Ainsi, un plancher mixte en bac acier et béton se situe plutôt dans une fourchette de prix de l’ordre de 90 à 150 euros/m².

Lorsque l’installation du plancher collaborant se fait avec un support de poutres et que l’on peut ajouter une large épaisseur de béton, le prix peut facilement grimper à 200 euros/m².

Le plancher collaborant ou plancher mixte est un plancher assez facile à installer car léger. Mais cela ne l’empêche nullement d’être solide et résistant et de pouvoir s’adapter à de nombreux travaux de rénovation. D’abord réservé aux bâtiments industriels et commerciaux, il est adopté de plus en plus chez les particuliers qui doivent cependant y adjoindre une bonne couche d’isolant.

A lire sur Minutes Maison :

Aucun commentaire à Qu’est-ce qu’un plancher collaborant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires