Qu’est-ce que le marcottage ?

Pour obtenir de nouveaux plants à partir de votre plante préférée, essayez la technique du marcottage. On vous en dit plus sur cette méthode de jardinage.

Sandrine Dauchez Publié le 17/06/24 à 16:26
Marcottage
© istock

Marcottage : quelle est cette technique de jardinage ?

Le marcottage désigne une multiplication naturelle des plantes ou multiplication végétative. On parle aussi de reproduction asexuée. Il s’agit d’une technique de jardinage qui va permettre d’obtenir des plants à partir d’une seule plante.

Le marcottage vise à inciter une plante à produire des racines à partir d’une tige aérienne, ce qui ressemble assez à un travail de bouturage mais n’est toutefois pas exactement la même chose.

On peut ainsi marcotter un fraisier ou un tilleul.

Il existe plusieurs techniques de marcottage. On choisira celle qui convient le mieux en fonction de la plante à marcotter. Le choix de la technique peut se faire en fonction de son mode de culture (en pot ou bien en pleine terre), de la souplesse de ses tiges ou encore selon le nombre de marcottes à créer.

Concrètement, pour marcotter, on va choisir une tige de la plante et la débarrasser de ses feuilles mais sans la désolidariser de la plante. On la couche ensuite au sol afin de la recouvrir d’un substrat qui soit suffisamment bien drainé. On pourra maintenir la tige en place en utilisant un petit arceau. C’est la partie enterrée qui va ensuite susciter toute l’attention du jardinier car il faudra vérifier que la tige sélectionnée fasse de nouvelles racines, attendre qu’elles soient bien développées avant de couper la tige pour la replanter.

La technique du marcottage est adaptée à presque toutes les sortes de plantes, qu’il s’agisse d’une plante d’extérieur ou d’intérieur. Le seul critère à vérifier est que la plante à marcotter devra tout de même avoir une tige assez souple que l’on puisse coucher au sol sans risque de cassure.

Enfin, le marcottage peut se pratiquer toute l’année, en particulier pour vos plantes d’intérieur, mais la période idéale pour le marcottage des plantes extérieures se situe plutôt entre le printemps et l’automne.

Quelle est la différence entre bouturage et marcottage ?

Bouturage et marcottage sont deux techniques assez similaires en jardinage.

Le bouturage comme le marcottage ont pour but de multiplier les plants en provocant la pousse de racines sur une tige après l’avoir mise au contact de la terre.

Mais la différence du marcottage se situe dans la technique, qui ne détache pas la tige de la plante mère. On attend que la tige marcottée produise ses propres racines pour pouvoir la détacher – on parle alors de sevrage – du pied de la plante mère. On la met alors en pot ou en pleine terre à l’endroit de son choix.

Le marcottage permet aussi d’obtenir un plant plus avancé et une meilleure reprise par rapport au bouturage.

A l’inverse, si l’on peut multiplier facilement les exemplaires avec les boutures ou les semis, il est difficile de le faire avec le marcottage où l’on ne peut obtenir que peu de plants à chaque fois.

Les différents types de marcottages

Il n’y a pas qu’une seule façon de marcotter les plantes. On adaptera la technique en fonction du type de plante à marcotter.

Le marcottage par buttage

On va inciter la plante mère à faire de nouveaux plants à partir de sa propre base.

Pour cela, la technique du marcottage par buttage consiste à couper d’abord les branches puis à recouvrir la base (pieds de la plante) à l’aide de terreau et de compost. On attend ensuite de voir apparaître des rameaux sur les extrémités des branches coupées. On vérifie alors si l’on voit apparaître des nouvelles racines là où on a mis le mélange de terreau et compost.

Cette technique de marcottage permet d’obtenir des jeunes plants. Il faut garder le plus de racines possibles.

Le marcottage par buttage est plus approprié à la fin de l’hiver pour pouvoir ensuite découper les jeune plants dès l’automne.

On réserve particulièrement cette technique de marcottage pour les plantes à croissance en touffe (exemple : lavande, sauge ou thym).

Le marcottage aérien

C’est une technique un peu plus complexe à mettre en œuvre.

On commence par ôter les feuilles sur le rameau concerné par le marcottage aérien. Il est souhaitable que la branche ait une épaisseur de 1 cm minimum. Puis, l’on procède à une légère incision en oblique sans excéder la moitié de la largeur du rameau. On utilise ensuite une hormone de bouturage sur cette partie avant d’appliquer une couche de terreau. Pour que tout reste bien en place, on utilise un sachet et du fil ou du raphia pour maintenir l’ensemble.

Il ne reste plus qu’à patienter jusqu’à l’apparition de nouvelles racines. Lorsque ces racines sont assez vigoureuses, il est alors possible de couper ce nouveau plant et de le détacher de la plante-mère.

Le marcottage aérien ne peut donner qu’un seul plant à chaque fois, mais on peut toujours le faire sur plusieurs tiges si l’on souhaite obtenir plusieurs plants.

Même si le marcottage ne prend pas et qu’il faut tout recommencer, la plante ne souffre pas de l’incision car elle cicatrise facilement.

On préconise le marcottage aérien sur une période allant de mai à juillet mais c’est une technique que l’on peut réaliser tout au long de l’année lorsqu’il s’agit de plantes en pot placées sous abri.

Le marcottage par long bois

Le marcottage par long bois, comme son nom l’indique, se pratique sur une très longue portion de rameau. A part cela, la technique est assez proche de celle du marcottage par couchage.

Il suffit de creuser un trou de la longueur du rameau, puis d’utiliser des crochets en U afin de maintenir le rameau au sol avant de recouvrir votre rameau de terreau et de compost. C’est également une technique de marcottage qui va permettre la production de plusieurs nouveaux plants.

Pour un marcottage par long bois sur une branche mature, on devra privilégier la période de fin d’été, tandis que pour une branche dormante, on peut le faire dès le début du printemps.

La technique du marcottage par long bois est conseillée pour certains types de plantes, comme par exemple, le noisetier ou le chèvrefeuille.

Le marcottage par couchage

C’est, de toutes les techniques de marcottage, la méthode la plus simple à mettre en œuvre.

Trouvez un rameau sans fleur sur votre plante préférée. Il faut privilégier un rameau vigoureux et pas trop loin du sol pour être sûr qu’il puisse entrer en contact avec le sol sans risquer de le briser durant l’opération.

Il faut ensuite ôter les feuilles de la branche choisie.

Faites ensuite un trou d’une profondeur d’environ 5 cm pour y placer la branche qui sera fixée avec un crochet en U.

Il faut ensuite entailler sur le dessous le rameau de l’équivalent de la moitié, pas plus. Il faut faire une entaille oblique sous un nœud d’une feuille. On peut placer un grain de blé afin de bien garder l’ouverture ainsi faite et aider la pousse des racines. A l’aide d’un tuteur, on relève et fixe le bout du rameau, puis on recouvre de terreau et l’on arrose suffisamment.

Il faudra patienter quelques mois pour détacher le nouveau plant.

Cette méthode est bien adaptée pour un chèvrefeuille par exemple.

Bon à savoir : On peut marcotter en début de printemps s’il s’agit d’une branche dormante, mais pour une branche mature, on attendra plutôt la fin de l’été.

Le marcottage en serpenteau

Assez proche du marcottage par couchage, le marcottage en serpenteau, commence de la même façon.

On sélectionne tout d’abord un rameau sur la plante mère que l’on couche au sol. Puis on va creuser des trous de 5 cm de profondeur les uns après les autres, leur nombre variant selon la longueur du rameau. Cette technique permet de créer plusieurs plants simultanément.

Cette technique de marcottage en serpenteaux peut se pratiquer dès le début du printemps sur une branche dormante. Toutefois, si vous n’avez que des branches matures, mieux vaudra en marcotter une en attendant la fin de l’été. Il faut veiller à choisir des rameaux de grande taille. A titre d’exemple, cette technique fonctionne très bien pour marcotter un framboisier, une glycine ou une clématite.

Quel est l’intérêt du marcottage pour vos végétaux ?

Le marcottage est possible pour presque toutes les plantes.

C’est une technique de multiplication de plants qui n’endommage pas la plante-mère et qui permet à la branche marcottée d’être alimentée tout au long du processus par la plante-mère. Cela garantit la réussite du développement de racines vigoureuses et en bonne santé.

Cela rend la nouvelle plante viable et même celles qui ont souvent un enracinement difficile peuvent se multiplier plus simplement avec la technique du marcottage.

Le marcottage est une technique de jardinage qui permet de multiplier les plants de ses plantes préférées, qu’il s’agisse de plantes d’intérieur ou d’extérieur. Elle est simple à mettre en œuvre si l’on respecte bien les différentes étapes de la technique utilisée et que l’on choisit la bonne période pour jardiner.

A lire sur Minutes Maison :

Aucun commentaire à Qu’est-ce que le marcottage ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires