mains de femme taillant un bonsai en pot
© istock

Bonsaïs : comment bien les tailler et rempoter ?

Vous avez un bonsaï mais pas le mode d’emploi ? Prenez exemple sur cet orme de Chine : taillez, formez et rempotez votre arbre pour lui assurer une longue vie.

Zoé Beaugrand Publié le 21/03/24 à 14:44
1

Commencez par prendre soin des branches de votre bonsaï

Sculptez librement ! Ayez comme unique repère le triangle dans lequel une silhouette équilibrée doit s'inscrire, quel que soit l'angle sous lequel vous la regardez. Soyez aussi sensible à l'harmonie des pleins et des vides composée par la ramure.

1. Taillez pour structurer

Cette branche "tire-sève" utile au développement de l'arbre les premières années ne l'est plus. Elle est sectionnée avec une pince au ras du tronc car elle compromet l'harmonie de l'ensemble. La plaie doit être mastiquée comme toutes celles provoquées par les grosses coupes.

2. Pincez et gardez compact

Dès l'apparition des premières feuilles et pendant près d'un mois, détachez avec les ongles chaque jeune pousse en bout de branche. Vous déclenchez ainsi l'arrivée de branches secondaires et conservez une silhouette bien compacte.

3. Entretenez sa silhouette

À la fin du printemps, raccourcissez aux ciseaux toutes les jeunes branches qui "ébouriffent" la silhouette, ainsi que celles qui poussent vers le bas. Veillez toujours à couper au-dessus d'un bourgeon, dans un sens qui sert votre dessin, ou dessein !

Poursuivez avec les racines du bonsaï

Miroir de la ramure, les racines sont taillées pour se ramifier au maximum et développer un tapis dense de radicelles.

1. Dépotez votre arbre

Attendez que la terre ne soit plus humide pour sortir le "paillasson" formé par les racines. Ne tirez pas dessus, ne coupez aucune racine avant de les avoir démêlées.

2. Libérez les racines

Avec une baguette de restaurant chinois, tapotez le dessus de la motte. Partez de l'extérieur et rapprochez-vous du tronc jusqu'à débarrasser complètement les racines de la terre.

3. Coupez

Les grosses racines se coupent au plus près du tronc, mais toujours en dessous d'une radicelle vivante.

4. Taillez

Les grosses racines raccourcies, taillez les radicelles "libérées" juste en dessous — en général à 7-10 cm sous la base du tronc. Vaporisez de l'eau sur les racines pour qu'elles ne sèchent pas.

Une petite fille rempote un bonsai avec son papi
Le rempotage et la taille de formation des arbres feuillus (érable), semi-persistants (orme de Chine) ou conifères (pin) est à pratiquer à l'éveil des bourgeons. © Istock

Replantez le bonsaï en 10 étapes

Le temps de formation d'un arbre varie beaucoup (d'un sujet et d'une essence à l'autre. Chaque étape est marquée par l'exercice annuel de la taille, et par un rempotage tous les deux ans au printemps.

  1. Préparez d'abord votre substrat : D'acadama ou composé d'1/3 de terreau, d'1/3 de pouzzolane et d'1/3 de terre à bonsaï (granulométries 2 et 3-4 mm).
  2. Posez un morceau de grillage de drainage en plastique sur les perforations du pot à bonsaï.
  3. Fixez dans ces trous, à la périphérie du pot, quatre liens de 15 à 20 cm de long.
  4. Versez sur toute la surface, et jusqu'à mi-niveau, le substrat à fine granulométrie (2 mm).
  5. Liez les grosses racines au pot, sans trop serrer, en étalant les radicelles.
  6. Recouvrez le tout du substrat retenu, d'une granulométrie plus grosse.
  7. Réutilisez la baguette chinoise pour faire pénétrer la terre entre les racines.
  8. Resserrez les liens.
  9. Arrosez abondamment en pluie fine, jusqu'à ce que l'eau ressorte très claire du pot.
  10. Installez, pendant trois à quatre semaines le bonsaï à l'ombre pour limiter l'évapotranspiration.
À noter : Continuez à arroser. Faites un apport d'engrais spécial, un mois après le rempotage et en automne.

Quel est le pot idéal ?

Au début, le sujet est rempoté dans un pot de même contenance. Il diminue ensuite jusqu'à ce que le bonsaï exprime ce que souhaite son créateur. À chaque étape, ses dimensions se rapprochent du pot idéal pour un bonsaï abouti : longueur ou diamètre équivalents aux 2/3 de la hauteur de l'arbre ; profondeur correspondant au diamètre de la base du tronc.

Prévention des maladies et gestion des parasites

Une attention particulière doit être portée à la santé de votre bonsaï, car ces arbres miniatures peuvent être sensibles à diverses maladies et infestations de parasites. Il est crucial d'inspecter régulièrement votre arbre à la recherche de signes de stress ou de maladie, tels que des feuilles jaunissantes, des taches foliaires, ou la présence de parasites visibles. Un environnement propre et bien ventilé permet de prévenir les problèmes de santé.

En cas de détection de maladies ou de parasites, traitez immédiatement avec des produits adaptés, en privilégiant les solutions biologiques pour maintenir l'équilibre écologique de votre environnement de culture.

La prévention est la clé : Une rotation régulière des emplacements, un arrosage adéquat sans excès, et l'évitement des blessures inutiles lors de la taille et du rempotage contribueront à garder votre bonsaï en bonne santé.

Les bienfaits de la patience et de l'observation

La culture du bonsaï est plus qu'un simple hobby ; c'est une forme d'art qui nécessite patience, observation et une compréhension profonde de la nature. Chaque arbre a son propre rythme de croissance et ses besoins spécifiques, ce qui rend l'art du bonsaï unique pour chaque praticien.

En prenant le temps d'observer attentivement votre arbre, vous apprendrez à anticiper ses besoins, à reconnaître les signes de stress et à comprendre comment il réagit aux différentes techniques de taille et de rempotage. Cette connexion intime avec votre bonsaï enrichira non seulement l'esthétique de l'arbre, mais aussi votre expérience et votre appréciation de cet art millénaire.

L'importance de l'environnement et du suivi

L'environnement dans lequel un bonsaï est placé joue un rôle crucial dans son développement et sa santé. Une exposition adéquate à la lumière, une humidité bien régulée et une protection contre les extrêmes climatiques sont essentielles pour maintenir votre bonsaï en bonne santé.

De plus, un suivi régulier et méticuleux, incluant l'arrosage adapté à chaque saison, l'apport d'engrais spécifiques et la prévention contre les maladies et parasites, garantira la croissance et la floraison optimales de votre arbre. En intégrant ces pratiques dans votre routine de soins, vous assurerez non seulement la survie, mais aussi le prospère épanouissement de votre bonsaï, le transformant en une œuvre d'art vivante qui se bonifie avec le temps.

L'importance de l'exposition à la lumière et de la fertilisation

La réussite de la culture d'un bonsaï dépend également de son exposition à la lumière et de sa fertilisation. Ces arbres nécessitent une lumière suffisante pour favoriser la photosynthèse, essentielle à leur croissance et à leur floraison. Une exposition indirecte à la lumière naturelle ou l'utilisation de lampes spécifiques pour bonsaï peut aider à maintenir l'équilibre nécessaire.

En ce qui concerne la fertilisation, elle doit être effectuée avec prudence. L'utilisation d'engrais spéciaux pour bonsaïs, riche en nutriments essentiels, favorise une croissance saine sans surcharger l'arbre en nutriments, ce qui pourrait être contre-productif. La fertilisation doit être adaptée aux saisons de croissance active de l'arbre et réduite ou suspendue pendant les périodes de dormance.

Zoe Beaugrand

Zoé, rédactrice passionnée par le jardinage et l'aménagement extérieur. À travers mes mots, je tente de transformer chaque coin de verdure en une histoire. Écrire, pour moi, c'est semer des graines d'inspiration.

A lire sur Minutes Maison :

Aucun commentaire à Bonsaïs : comment bien les tailler et rempoter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires