Reconnaître votre sol à l’œil nu est LA clé d’une plantation réussie

Chaque plante montre une prédilection pour tel ou tel type de sol dans lequel elle prospère mieux. Aussi, pour réussir à 100 % toutes vos plantations, connaissez bien les multiples facettes de votre terre. Les solutions ? Une simple étude à l’œil nu (coloris, aspect…) qui vous donne un premier aperçu, un analyseur de sol ou, pour une précision absolue, un examen complet en laboratoire. Ainsi, vous planterez vraiment en « connaissance de sols » ! Dans cet article, nous vous expliquons comment reconnaitre votre type de sol à l’œil nu.

Zoé Beaugrand Publié le 26/09/23 à 13:55
Jardinier Touche Sa Terre
© istock

Le sol a deux fonctions essentielles :

  • servir de support,
  • nourrir les plantes.

Le type de sol de votre jardin a finalement beaucoup moins d'importance en lui-même que la manière dont vous saurez l'utiliser. Il est important de souligner que la plupart des végétaux cultivés s'accommodent d'une grande diversité de sols. Quant aux sols pauvres en éléments nutritifs, il est facile de les améliorer.

Cependant, tous les jardiniers savent bien qu'il est des sols particulièrement agréables à travailler et apportant aux plantes le maximum pour un développement rapide et harmonieux. Ce sont généralement des sols pourvus d'une bonne fertilité, laissant bien pénétrer l'air et l'eau, riches en matières organiques dans la couche superficielle et dont le pH, plutôt acide se situe vers la neutralité. Il faut tenir compte des principaux éléments, qui sont la texture du sol, sa structure et sa composition.

Quelques éléments d’appréciation

La texture du sol

Elle dépend de la taille des différents éléments qui composent le sol : sable, Iimon, argile... Ainsi, une bonne terre de jardin sera un mélange de 20 % d'argile en petites particules, de 40 % de limon en particules moyennes et de 40 % de sable en particules plus grosses. Ce type de texture correspond à un sol qui retient bien l'eau tout en étant aéré et se travaillant facilement car il ne colle pas aux outils.

La structure

C'est la façon dont se trouvent associés les constituants du sol. Un sol sablonneux est ainsi caractérisé par la légèreté, un sol argileux par sa compacité. Une bonne terre de jardin se situera entre ces deux extrêmes, avec une structure meuble.

Le drainage du sol

Un sol convenablement drainé peut absorber rapidement une pluie et être mouillé à nouveau. Le drainage doit se faire en surface, mais aussi en profondeur.

Un test simple consiste à creuser des trous (avec une barre à mine par exemple) de 80 à 90 cm de profondeur, à remplir d'eau et dès que l'absorption est faite, à remplir à nouveau. À partir de ce moment, le niveau de l'eau doit baisser de 2 à 3 cm par heure et disparaître en 24h. Si le phénomène prend plus de temps, la perméabilité du sol est mauvaise. Il est nécessaire de drainer.

La composition chimique

Seule une analyse en laboratoire (ou plus sommairement à l'aide d'un kit pour amateur) permettra de déterminer la répartition des éléments minéraux et décider d'éventuels apports et corrections.

La matière organique

Décomposée par l'action de champignons et bactéries, elle donnera l'humus dont la présence est indispensable pour retenir les éléments nutritifs. En outre, la matière organique augmente la capacité des sols sableux à retenir l'eau et améliore la texture des sols argileux.

La couleur du sol

Elle n'agit pas d'une manière très significative, même si les sols sombres retiennent mieux la chaleur que les sols clairs. C'est un critère utile pour déterminer le type de sol dont on dispose.

L'acidité ou l'alcalinité

Elle s'apprécie avec le pH dont la neutralité est marquée par le chiffre 7. La majorité des plantes préfère un sol neutre.

Caractères de reconnaissance Sol presque noir, riche en débris végétaux. Retient bien l'humidité sans coller. Légèrement spongieux et se travaillant facilement. Sol brun foncé. Granuleux. Une poignée serrée dans la main reste en forme, mais s'émiette ensuite facilement. Mélange harmonieux argile, sable et humus. Plus la part d'humus est forte, plus la terre est riche, chaude et facile à travailler. Sol grisé, compact et collant. Serré dans la main, ne s'émiette ensuite que difficilement. Formation de mottes difficiles à briser et devenant dures en séchant. Sol de teinte grisée. Serré dans la main, s'émiette aussitôt sans rester en forme. Ne retient pas l'eau et ne forme pas de mottes. Sol blanchâtre sans grande cohésion.
Nature Sol humifère. Terre dite « de jardin » ou terre franche. Terre lourde. Sol argileux. Terre légère. Sol sablonneux. Sol calcaire.
Qualités Sa légèreté le rend facile à travailler. Excellent support pour toutes les plantes de « terre de bruyère » ; pH acide. Perméabilité à l'eau et à l'air. Travail facile. Sol retenant bien les éléments fertilisants et gardant l'humidité. Parfait pour pratiquement toutes les cultures ornementales, fruitières ou légumières. Très fertile, car il retient bien les particules minérales des engrais. Facile à travailler, même après une pluie abondante. Excellent drainage et bonne perméabilité à l'eau et l'air. Sol vite réchauffé. Uniquement pour les plantes calcicoles. Difficile pour le jardin.
Défauts Son acidité qui ne convient pas à de nombreuses plantes, et qu'il faut corriger par des amendements calcaires. Aucun. Travail difficile. Durcit en forme de crevasses par temps sec. Collante et lourde si l'humidité est forte. Peu perméable à l'eau et à l'air, ce qui donne un sol froid. Nécessité de drainage fréquente. Sèche très vite, d'où nécessité d'arrosages réguliers et abondants. Retient mal les engrais. Provoque la chlorose (jaunissement) des feuilles sur de nombreux végétaux. Mauvaise retenue des éléments fertilisants, d'où des carences fréquentes.
Améliorations Chaulage pour diminuer l'acidité. Drainer si nécessaire. Apports réguliers d'engrais pour maintenir la fertilité. Chaulage pour améliorer la structure. Drainage le plus souvent indispensable. Apport de sable pour alléger et surtout épandage de matières organiques (compost, tourbe). Apports réguliers de matières organiques (compost, tourbe), et d'engrais qui maintiendront une bonne fertilité. Apports copieux et réguliers d'amendements humiques acides et d'engrais. Il faut généralement plusieurs années pour envisager la culture de plantes sensibles au calcaire. Arrosage avec des chélates de fer en cas de chlorose.
Zoe Beaugrand

Zoé, rédactrice passionnée par le jardinage et l'aménagement extérieur. À travers mes mots, je tente de transformer chaque coin de verdure en une histoire. Écrire, pour moi, c'est semer des graines d'inspiration.

A lire sur Minutes Maison :

Aucun commentaire à Reconnaître votre sol à l’œil nu est LA clé d’une plantation réussie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires