Comment bien rempoter vos plantes vertes d’intérieur ?

D’abord, qu’entend-on par rempoter ? C’est tout simplement changer une plante de pot pour la mettre dans un récipient plus large et dans une nouvelle terre, plus riche en éléments nutritifs.

femme qui rempote sa plante verte
© istock

Pourquoi rempoter vos plantes vertes ?

Une plante d'appartement est souvent condamnée à vivre sa vie dans un pot ! Elle est en quelque sorte prisonnière. Ses racines ne peuvent se développer normalement et ne le font qu'en fonction de la taille du récipient.

Pour pallier le manque de place, il faut nourrir régulièrement les plantes d'intérieur, d'autant plus que les arrosages lessivent systématiquement les substances nutritives du compost (c'est ainsi que le terreau est vite appauvri).

En les changeant régulièrement de pot, vous permettrez à vos plantes vertes de faire face à l'accroissement de leur système radiculaire. Vous les verrez aussi reprendre des forces lorsqu'elles disposeront d'une nouvelle terre.

En négligeant de rempoter, vous compromettez la croissance de vos plantes en pot, à tel point qu'elle risque même de se stopper totalement. Les végétaux ne meurent pas vraiment, mais entrent dans une sorte de léthargie, attendant qu'on veuille bien s'occuper d'eux. Si vous le faites, tout ira bien. Sinon, vous les exposez à l'asphyxie, même progressive, de leurs racines, ce qui finit par entraîner la mort de la plante.

Quand rempoter ?

Tous les ans, ou tous les deux ans selon les espèces. Les plantes, en fait, préfèrent un rempotage annuel. Peut-être par besoin d'affection...

Le rempotage devient impératif dès que les végétaux crient famine. Vous entendrez leur « appel », en constatant que :

  • leurs feuilles jaunissent...
  • leurs pousses deviennent grêles, allongées, maigrichonnes...
  • leurs racines tapissent la paroi du pot...

La meilleure époque : février-mars, mais il est parfois possible de rempoter certaines espèces jusqu'en septembre. Pour ne prendre aucun risque, faites-le fin février, alors que la plante est encore endormie, mais prête à redémarrer avec le printemps.

A éviter absolument : le rempotage d'octobre à janvier. Durant cette période hivernale, la plante doit se reposer — c'est la dormance, Un apport de nouvelle terre ne ferait que la stimuler dans sa croissance, ce qui est formellement déconseillé.

Le nouveau récipient

Le Choix Du Pot Plante Verte

Point important : quel qu'il soit (pot en plastique, en terre cuite...), il doit être à peine plus grand que l'ancien. La bonne règle consiste à le choisir d'un diamètre supérieur de 2 à 5 cm (environ deux doigts plus large).

Ne croyez pas qu'avec un bac beaucoup plus spacieux, vous serez tranquille pour plusieurs années, D'abord, vous ne devez pas habituer une plante en pot à prendre ses aises. Elle est en liberté sur- veillée ; un peu plus de place chaque année, c'est amplement suffisant !

Le nouveau contenant doit être impérativement percé d'un trou pour l'écoulement de l'eau en excès. S'il est en terre cuite, faites-le tremper, au préalable, une bonne heure dans l'eau,

La plante doit être proportionnée à son récipient. Si le pot est trop petit : la plante souffre. S'il est trop grand, c'est inesthétique et, de plus, les racines se développent exagérément.

La technique du rempotage

deux Techniques De Rempotage
  1. Dans le nouveau récipient, mettez, sur 2 cm d'épaisseur, une couche drainante (tessons de pot, billes d'argile expansée, billes de papier d'aluminium ou même des capsules de bouteilles...). Isolez avec de la mousse, puis mettez le terreau. Ce drainage est indispensable, car il évite que l'eau ne stagne dans le pot et n'entraîne une asphyxie des racines.
  2. L'essentiel est de ne pas casser la motte, car cela pourrait être fatal à la plante. Pour la dépoter sans l'abîmer, retournez le pot, en maintenant la plante d'une main. Frappez sur le rebord d'une table (peu fragile !) ou tapez sur le pot.
  3. La motte doit alors se décoller. Avec une fourchette, retirez un peu de la vieille terre, qui est devenue granuleuse et pauvre. Allez-y en douceur, pour ne pas blesser les racines. Dégagez, sans briser la motte, celles qui sont emmêlées et coupez un peu celles qui sont trop longues, notamment le pivot qui forme une sorte de carotte centrale.
  4. Vue en coupe de la plante. Installez-la sur du terreau bien tamisé, puis comblez sur les côtés. Tassez sans exagération, avec un morceau de bois (par exemple, une spatule).
  5. Finissez avec les mains : rajoutez éventuellement du terreau. Formez une dépression en surface, à 1 cm du bord supérieur du pot, pour faciliter l'arrosage.
  6. Arrosez à fond, jusqu'à ce que l'eau s'écoule par le trou de drainage.
Bon à savoir : ne mettez Jamais d'engrais lors du rempotage : attendez que la plante se soit installée dans son nouveau récipient, ce qui demande 4 à 5 semaines au minimum.

Après le rempotage

Évitez à la plante nouvellement rempotée, plus fragile, les courants d'air, le soleil vif et les oublis d'arrosage.

Si le rempotage est impossible...

Vous avez, par exemple, une très grande plante, superbe dans un énorme pot, qu'il est quasiment impossible de déplacer,

Ne rempotez pas vous-même, mais confiez ce travail à un professionnel, tel votre fleuriste par exemple. Pour éviter un rempotage annuel, pratiquez pendant deux ou trois ans, un surfaçage.

Cette opération, comme son nom le laisse supposer, consiste à changer la terre seulement en surface.

  1. Avec une fourchette ou une petite griffe, grattez la terre, et enlevez-en le plus possible, sans pour autant mettre les racines à nu.
  2. Remplacez la vieille terre par un terreau neuf.

A lire sur Minutes Maison :

Aucun commentaire à Comment bien rempoter vos plantes vertes d’intérieur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires